Tell me your fixie story – #1

Depuis que l’homme que j’aimais s’était construit un pignon fixe,  il semblait frappé par le syndrome du dîner de con : impossibilité d’aborder en société un autre sujet que le fixie, addiction au forum pignon fixe, syndrome de Tourette autour des mots potence, chaîne, selle Brooks et grips Oury ; disparitions nocturnes répétées pour filer aux rides du PalaisRoyal… Je ne comprenais rien à cette métamorphose obsessionnelle, mais ce n’était pas grave : il était l’homme que j’aimais. Et puis, un matin, il m’a offert un fixie… Aujourd’hui,  je déteste ceux qui disent ton « vélo », éructe que « non, ce n’est pas un rétro-pédalage », tombe dans les bras de ceux qui roulent en fixed-gear, passe de longues minutes à discuter avec des inconnus de rapport de vitesse ou de boyaux. Cette connivence dont j’ignorais tout hier, je ne l’échangerais pour rien au monde désormais. Dans quelques jours, je serai à San Francisco, sûre que vous seuls saurez comprendre pourquoi.
A.


Cet article, publié dans Tell me your fixie story, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Tell me your fixie story – #1

  1. Thibs dit :

    Simply Lovely!

  2. Niko dit :

    I’m sure you’ve got a lovely story too!😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s